24 janvier 2014 – 7 septembre 2018. Hery Rajaonarimampianina démissionne conformément et en respect de la Constitution (article 46 alinéa 2 ainsi libellé « Le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel »).

Après les flottements de ces dernières semaines, le président de la République s’en va donc. Ses adversaires politiques ayant craint qu’il ne joue les prolongation. Il pourra préparer plus ou moins sereinement la joute électorale qui s’annonce très serrée. Il sera notamment opposé à Andry Rajoelina et à Marc Ravalomanana.

Le mandat du premier président de la quatrième République n’aura pas été de tout repos, notamment à cause de l’absence d’une assise institutionnelle stable. L’un des épisodes les plus marquants de son mandait aurait été la motion de déchéance votée par 121 députés la nuit du 25 mai 2015. Hery Rajaonarimampianina a été constamment chahuté et bousculé, aussi bien en interne qu’en externe. N’ayant pas de parti au moment de la présidentielle et des législatives, l’homme n’a pas de représentant au Parlement et il a dû nouer des alliances très fragiles. Des alliances mises à l’épreuve lors de chaque session parlementaire par des tentatives de destitution du gouvernement. Le parti politique qu’il a mis en place, le HVM étant la proie de guéguerres intestines fréquentes qui n’a de cesse de fragiliser cette formation et son créateur.

Hery Rajaonarimampianina peut donc se concentrer exclusivement sur la campagne pour la présidentielle.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE