Quelle est l’importance d’une vision pour le développement d’un pays ? 

Un pays qui a une vision sait de quoi exactement demain sera fait. La « vision » fait partie des concepts de la planification stratégique, elle est utilisée pour construire le futur de manière consciente et responsabilisante au niveau d’un pays ou d’une organisation. La vision, c’est un ensemble de situations bien décrites, plus précisément des images de situations désirées du futur qui engage à la fois les gouvernants et les gouvernés. Au niveau pays ou d’un territoire donné, c’est l’outil qui facilite la prise de décision politique : le choix et l’ordonnancement des programmes, des projets, des plans et des partenaires.

La vision qui est censée évoquer le long terme doit-elle être formulée par un candidat dont le mandat électif est limité dans le temps ?

Pour un pays, ce sont les partis politiques et leurs membres qui s’en chargent. Ils peuvent discuter, écouter les citoyens. Il n’y a pas de normes établies, mais en générale la formulation est un exercice possible en équipe. Le consensus peut aider mais pas nécessaire à l’étape de la formulation. Des récits historiques nous font croire qu’un leader ou un candidat d’un parti politique a formulé seul une vision. C’est possible. Savez-vous par exemple que la célèbre vision « I have a dream » de Martin Luther King lors de la marche de Washington du 28 août 1963 a été rédigée par un comité ? Et il n’y a pas de date de péremption d’une vision tant qu’une frange de la population y croit, la possibilité que les situations décrites dans la vision se réalisent est toujours là. Les Etats-Unis ont bien eu leur premier président noir des décennies après le discours de King.

Comment formuler une vision ?

Le mot vision est un mot visuel qui interpelle le sens de la vue.  La formulation de la vision doit proposer des situations désirées sous forme d’images, de clichés, de photos et quelques fois de maquettes, de dessins, de tableaux. On doit énoncer des situations bien décrites visuellement que chaque citoyen peut « voir » même en fermant les yeux. Si vous fermez les yeux en entendant une vision et que vous ne « voyez » rien c’est un objectif, mais pas une vision. Il faut éviter d’utiliser des termes techniques et des concepts dans la formulation de vision. Une vision est une ambition, une volonté XXL, plus grande qu’un objectif. Une bonne formulation de la vision doit être saisissante, compréhensible, sensuelle et facile à mémoriser. Le plus souvent une vision intègre les valeurs ou les philosophies directrices du pays. La formulation d’une vision est différente de la formulation d’un résultat d’une analyse prospective. Il ne s’agit pas de partir de l’analyse de la situation actuelle et du passé pour produire une conclusion. Les meilleures formulations de vision font abstraction du présent et du passé pour se focaliser uniquement sur le futur désiré. On répond de manière claire à la question : « où est ce qu’on va ? ».

Quelles sont les différences entre vision et projet de société ?

La vision c’est « là où on va » et le projet de société c’est « comment y arriver ? Avec quelles étapes en mode annuelle ou pluriannuelle ? Avec quelles ressources ? etc.

Quelles sont les différentes étapes de concrétisation d’une vision ?

Dans une nation, une vision est déclinée en plusieurs décisions concrètes de politiques publiques et en plans de développement sectoriel. Chaque politique publique sectorielle est déclinée en plusieurs programmes. Chaque programme est décliné en projets. Chaque projet est décliné en opérations. Chaque opération est déclinée en activités. Chaque activité est déclinée en taches. Et chaque tâche est déclinée en gestes ou comportements précis.

Si une vision est l’œuvre d’un parti, comme y faire adhérer la population ?

Une vision agit comme une prophétie auto réalisatrice car il s’agit d’une croyance sur le champ des idées et des ambitions. Plus un parti affirme et communique fortement sa vision, plus elle a une chance d’avoir l’adhésion des citoyens et des partenaires. Et ce qui est dit dans la vision se réalisera en conséquence. Il y a un rapport de force quand les offres de vision sont audibles et visibles de la part des partis politiques. Le conflit de leadership est nécessaire à ce moment-là.

Y a-t-il jamais eu une réelle vision pour Madagascar ?

Il n’y a pas de vision fausse, il n’y a que des visions affirmées faiblement ou fortement. Il n’y a que des visions auxquelles on croit fortement ou on croit peu. En 1996, Madagascar a fait l’exercice du National Long Term Perspectives Studies, avec des scenarii de « Madagascar 2030 ». Un document vite oublié par les décideurs. Une vision est une décision : c’est aussi simple que ça. Et dans toute décision on suit des étapes classiques : trouver le sens du challenge, formuler la décision, appliquer puis suivre l’impact de la décision. Et si maintenant nous semblons accorder de l’importance dans la formulation de la vision, nous devons nous focaliser plus sur le futur mais non plus sur le passé.

Propos recueillis par Iloniaina Alain

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE