Les tenants du régime ont mis en avant deux points qui nécessitent un débat. Le cas des fokontany et le mandat présidentiel, conjugué avec le calendrier électoral.  En substance, les autorités insistent sur la « plénitude de mandat » du chef de l’État. Or, ce mandat de cinq ans, entre le 25 janvier 2014 et le 25 janvier 2019, se heurte, selon les dirigeants du parti présidentiel HVM, au délai imparti pour la tenue des deux tours du scrutin, fixé par la Constitution. Surtout si le président de la République est candidat à sa propre succession.

Pour Hery Rajaonarimampianina, les deux tours de la présidentielle ne peuvent être organisés en 60, voire en 30 jours.  « Si le mandat se termine le  24 janvier, l’élection doit donc avoir lieu au plus tôt le 24 novembre, au plus tard le 24 décembre. Elle doit se faire en 30 jours. Cela est-il possible ? » questionne-t-il en insistant sur l’existence de contradictions dans ces dispositions constitutionnelles. Mohamed Rachidy, conseiller spécial du Président de la République et vice-président du HVM estime que, dans le contexte actuel, il faudra près de

156 jours pour tenir les deux tours de la présidentiel. Ce qui, a priori, empièterait sur la plénitude de mandat présidentiel, qui va prendre fin le 25 janvier 2019.  Le chef de l’État soulève la solution technologique pour raccourcir le délai de collecte des résultats, sans être réellement enthousiaste à l’alternative alors que l’idée d’une élection anticipée pourrait régler la question, du moins en partie.

Par ailleurs, le président Hery Rajaonarimampianina expose le rôle-clé des fokontany dans le processus électoral et la problématique de l’élection des chefs de fokontany, non-prévue par la Constitution. En effet, un dispositif qui était passé par voie de décret avait changé la modalité de désignation des membres du comité du fokontany. Ils sont désignés par décision du chef de district, du préfet ou du préfet de police territorialement compétent, sur une liste de cinq noms proposés par le chef d’arrondissement administratif.

Iloniaina Alain

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE