L’Etat malgache a décidé de prendre à bras le corps la problématique de la nationalité et celle de l’apatridie. Ainsi, un grand changement a été opéré. Un revirement plutôt inattendu sous l’impulsion du ministère de la Population et celui de la Justice. Dorénavant, la mère malgache a maintenant le droit de transmettre sa nationalité à son enfant même si la nationalité du père de l’enfant est connue. C’est une petite révolution qui est en marche.

Depuis 1960, le code de la nationalité malgache stipule que «est malgache : l’enfant légitime né d’un père malgache, l’enfant légitime né d’une mère malgache et d’un père qui n’a pas de nationalité ou dont la nationalité est inconnue». Le Conseil de ministre du 15 juin dernier a porté certains amendements à cette ordonnance n°60-064 du 22 juillet 1960. Même si le père est apatride, la mère biologique de l’enfant va disposer du même droit que lui concernant la nationalité de l’enfant.

Cette refonte du code de la nationalité malgache fait partie d’un engagement pris par le Président de la République, lors de sa participation au sommet humanitaire mondial en Turquie. Le texte devrait auprès de l’Assemblée Nationale d’ici peu.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE