Le Rwanda a traversé bien de chemins depuis le génocide de 1994 qui ont fait près de 800 000 morts. Une société prospère et équitable s’est reconstruite sur les ruines de ce passé. Les femmes ont commencé à jouer un rôle actif durant la période de reconstruction du pays. Alors que les femmes peinent encore à trouver leur place dans les parlements, celles de ce pays font figure d’exception. Avec plus de 63% de femmes à la chambre des députés, le pays est en tête du classement mondial. Depuis 2008, le Rwanda est au premier rang du classement mondial de l’IPU (Union interparlementaire) des femmes au parlement.
Mais pour en arriver là, il a fallu une volonté étatique forte.

Quand le gouvernement rwandais a ratifié une nouvelle constitution en 2003, il avait exigé que les femmes occupent au moins 30% des sièges du parlement. Le système électoral rwandais accorde 24 sièges à des femmes choisies au préalable sur des principes non partisans par des collègues et des conseils aux niveaux national et local. Au-delà des considérations paritaires, cette place occupée par les femmes permet rend plus facile le passage de législations concernant les femmes et les filles, particulièrement dans les domaines de la santé et de l’éducation. Au sein de l’hémicycle malgache, les femmes représentent actuellement 20,5% des parlementaires.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE