Pour un usage citoyen d’internet et des nouveaux médias

Pour un usage citoyen d’internet et des nouveaux médias

À Madagascar comme dans nombreux pays dans le monde, internet ne doit plus être assimilé à une zone de non-droit. Le 7 mars, le tribunal a prononcé un jugement dans une histoire relative aux ragots propagés sur un groupe Facebook. L’affaire a fait couler beaucoup d’encre dans les journaux, elle a aussi inquiété pas mal d’internautes sur leurs droits et leur liberté sur le web. Bien que le verdict n’ait pas été basé sur la loi sur la cybercriminalité, tant critiquée par le presse et les organisations de la société civile, ce jugement nous rappelle qu’il existe un ensemble de règles et de comportements que nous devons adopter sur le web et dans les réseaux sociaux.

Suite à cette affaire, faut-il envisager d’initier l’internaute malgache à un usage citoyen et responsable d’internet et déclencher une réflexion sur les usages en termes d’opportunités et de risques ? Faut-il apprendre à nos jeunes à maîtriser les outils numériques sans se laisser maîtriser ? Ce sont autant d’interrogations qui nous poussent à réfléchir sur l’utilité d’une éducation numérique : les droits sur les photos et les vidéos, la liberté d’expression, les comportements à adopter lorsque l’on s’aperçoit qu’un site diffuse un contenu illicite ou mensonger, etc.

L’on se rend compte aujourd’hui que le nouveau monde de l’information a déjà changé notre vie. Mieux, il modifiera des aspects fondamentaux de la vie : santé, shopping, éducation, enseignement, etc. dans le futur. Néanmoins, l’impact de ces nouveaux médias est encore modeste dans notre pays, comparé à ce qui nous attend dans les prochaines années. Heureusement ou malheureusement, – à cause des coûts d’internet encore trop élevés et l’accès au matériel encore difficile –  le niveau d’éducation de la population demeure faible. En tant que citoyen malgache, comment peut-on participer positivement à ces changements alors qu’on ne dispose pas vraiment de programme de formation à la « citoyenneté numérique » ?

Depuis quelques années, de grands efforts ont été consentis afin d’équiper nos lycées en tablettes numériques et d’initier nos jeunes dans la voie de l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans leurs environnements. Ces tablettes n’ont pas de contenus jusqu’à ce jour. Elles sont souvent considérées comme de simples gadgets. On souhaite, avec raison, que tous les efforts consentis pour l’infrastructure matérielle aient un impact sur les pratiques et amènent nos jeunes à innover et à être compétitifs sur le marché international. On espère surtout que nos jeunes ne soient pas tenus à l’écart de la révolution numérique en cours.

Nous devons donner à nos citoyens les instruments de leur autonomie et de leur responsabilité, en leur enseignant la distance intellectuelle qu’il faut avoir sur le web pour qu’ils puissent considérer les risques du téléchargement illégal, de l’injure et de la diffamation. En développant l’esprit critique, en leur apprenant les règles d’un bon usage, en leur transmettant les valeurs, nous pourrons déjà garantir leur protection en même temps que le respect d’autrui. Il s’agit de faire prendre conscience que les conditions de production de l’information, le support ou le canal de diffusion ne sont pas neutres : ils conditionnent la forme des messages et induisent une série de choix. Une fois publiés sur la toile, ces contenus sont indélébiles.