Une alternative au néolibéralisme, selon l’Ansa

Une alternative au néolibéralisme, selon l’Ansa

Prioriser l’Homme

Paradoxalement, dans les démarches économiques, l’Homme est souvent le grand oublié. Pour l’Ansa, il est impératif de recentrer les actions de développement sur lui. Cela passe, entre autres, par la prise en compte des droits de la femme et le considération de leur apport dans l’économie du pays. Sur le plan de l’éducation nationale, il est urgent de mettre en place un système éducatif adapté. Pour un pays comme Madagascar, le système éducatif a été en grande partie calqué sur des programmes français, parfois désuets. La réforme de l’éducation menée semble tendre vers cette éducation adaptée. La démocratie participative (voir Politikà 4) est l’un des leviers avancés pour que les citoyens soient des acteurs majeurs de leur destinée.

Redistribuer les fruits de la croissance

Redistribution des richesses, un mantra répété à l’envi depuis bien longtemps par les politiciens. L’inégalité est prégnante et flagrante dans la Grande île. Une infime minorité de la population accumule une grande majorité des richesses. Le vrai travail à faire est de partager avec intelligence les richesses, c’est-à-dire en investissant dans la création de richesses et une réorganisation des fruits de la croissance. Ce qui fait encore cruellement défaut aussi bien à Madagascar que dans presque tous les pays du Continent noir. 20% de la population la plus riche en Afrique du Sud se partage 68,9% des richesses. Au Nigeria, la même population s’adjuge plus de 49% des richesses, au Togo, c’est 51,6%.1

Reconsidérer l’intégration régionale

Madagascar a pleinement intégré des alliances régionales comme la Sadc ou le Comesa.  Hormis dans quelques secteurs bien spécifiques, cela ne l’a pas tellement aidé à asseoir son développement économique. Pis, l’ouverture à marche forcée des frontières lui a valu une déferlante de produits importés. Madagascar est un nain par rapport à un géant comme l’Afrique du Sud, voire l’île Maurice. Malgré les efforts considérables consentis à cet égard, l’intégration régionale ne semble pas avoir produit jusqu’à présent les résultats escomptés sur l’économie. Pour l’Ansa cependant, l’intégration régionale est à considérer comme un moyen prépondérant dans les négociations commerciales à l’échelle internationale. Elle roule également pour une alliance progressive au niveau national, régional et global.

Valoriser les capitaux nationaux

Les capitaux nationaux, par opposition aux IDE, concourent à la formation et au progrès des richesses nationales sans l’effet pervers de la dette morale. Comme une force productrice et comme une source de revenu, ils forment l’une des bases de la richesse d’un peuple. Sur le plan diplomatique, le pays qui veut se détacher de l’influence du néo-libéralisme est appelé par l’Ansa à procéder à un « détachement sélectif et un rattachement négocié concernant les partenaires diplomatiques, commerciaux et financiers ». Il s’agit d’un vrai travail de fond auquel il faut s’atteler dans le volet géostratégique. S’affranchir du joug du néolibéralisme est également synonyme d’enrichissement des acquis scientifiques et technologiques. C’est le mode de pensée dans son ensemble qu’il faut revoir.