Les causes des violences électorales

Les causes des violences électorales

« Les causes de violences électorales peuvent revêtir différentes formes, que nous pouvons classer en deux grandes catégories. Premièrement, les causes peuvent être d’ordre structurel, c’est-à-dire que les violences structurelles s’expliquent en raison de la forme du régime et des pouvoirs en place au sein de certaines démocraties.

Ces dernières se caractérisent notamment par la présence d’un système de patronage informel, un faible degré de gouvernance, une politique d’exclusion, et la perte du pouvoir qui constituerait une perte de revenus dans des États où l’ensemble du pouvoir est concentré entre les mains de démocrates patrimoniaux. Deuxièmement, les causes proviennent du processus électoral et des élections elles-mêmes qui sont des élections “ratées”, imparfaites où la fraude électorale est de mise. Par ailleurs, nous pouvons aussi être en présence d’institutions ou de lois électorales fébriles ou manipulées.

La présence de violence en Afrique et notamment à Madagascar peut être assimilée à une culture de la violence héritée des régimes autoritaires plus particulièrement des pratiques autoritaires avec, par exemple, des logiques de commandement qui remontent à la période coloniale. Par ailleurs, la résurgence et la consolidation du néo-présidentialisme où le président s’assimile à l’Etat constitue aussi un facteur explicatif de la violence politique donc électorale.

En effet, le faible degré de gouvernance, la concentration et la personnalisation du pouvoir perturbent le jeu politique et a fortiori la compétition électorale, d’autant plus que l’Etat constitue un moyen d’enrichissement personnel et il est, dans ce cas, assimilé à du commerce. L’une des principales sources de la violence électorale est l’abus de pouvoir perpétré par le régime en place afin de s’y maintenir par tous les moyens. Et si ces tentatives échouent, un dauphin sera mis en avant afin de continuer les méthodes de gouvernance sous les conseils du bienfaiteur.

Une autre source de la violence électorale trouve son origine dans la faiblesse de l’économie. En effet, une croissance sans développement combinée avec une faible, voire une absence de distribution de richesses constitue un environnement propice à l’instabilité politique et à la violence électorale. Madagascar constitue un exemple en la matière où plus de 92% de la population vit avec moins de deux dollars par jour, le pays a connu différentes crises politiques avec des épisodes de violences électorales au moment de périodes de croissance économique ». 

Par Dr Juvence F. Ramasy In Violence électorale à Madagascar : consolider le rôle des acteurs électoraux dans la prévention, la gestion et le règlement des conflits (PEV Madagascar)