Jumelages : la tendance des communes

Jumelages : la tendance des communes

L’information est curieuse. En 2019, Lalao Ravalomanana, la maire d’Antananarivo à l’époque, avait reçu une délégation dans ses bureaux.

Elle était composée de membres de l’association African Israël initiative (AII). Le sujet portait sur un possible jumelage d’Antananarivo et Jérusalem. Israël avait établi sa capitale dans cette ville, un choix qui n’est pas reconnu par une grande partie de la communauté internationale. Le projet est resté lettre morte, mais met la lumière sur ce concept bien souvent opaque pour les habitants des villes.

Qu’est-ce qui motive les communes à opérer les jumelages ? Il est d’abord question d’affinité entre peuples. « Des citoyens venant d’un pays étranger tissent une relation avec les responsables municipaux. Ils veulent s’impliquer davantage et apporter des solutions concrètes à des problèmes non moins concrets comme l’adduction d’eau, l’éducation ou la santé. Pour matérialiser et faciliter les projets, ils peuvent faire appel à leur municipalité », nous indique une source rompue aux questions de collectivités décentralisées. Des questions économiques entrent également en compte.

Ainsi, le jumelage de la ville d’Antsiranana avec la ville de Zhengzhou signé en 2017, à l’île Maurice, avait pour velléité d’encourager l’élaboration mutuelle des projets liés surtout à l’industrie touristique et culturelle. Ce sont les municipalités malgaches qui ont tout à gagner, à travers ces jumelages, notamment en termes d’infrastructures et/ou de coopérations techniques. Les maires, ou des techniciens, sont bien souvent invités à des voyages internationaux.
« Bien entendu, les communes malgaches sont gagnantes mais rappelons que leurs homologues de l’étranger envoient souvent des coopérants avec des projets ou des idées. Dans ce sens, le jumelage devient un laboratoire et un champ d’expérimentation pour elles », soutient notre interlocuteur.

Étonnamment, la liste officielle des communes françaises jumelées avec leurs consœurs malgaches n’est pas très épaisse. Fontenay-aux-Roses et Nice sont jumelées avec Antananarivo. La Roche-Posay avec Antsirabe. Parthenay avec Manakara. Saint-Étienne et Toamasina. Les communes réunionnaises sont aussi de « bons clients » pour les cités malgaches. Antanifotsy et La Possession sont villes jumelles depuis 1995.