Étude : l’évaluation à deux ans du régime

Étude : l’évaluation à deux ans du régime

Pour Politikà, le cabinet d’études ATW a mené une étude portant sur l’évaluation des deux années de l’administration Andry Rajoelina. En complément avec les commentaires du cabinet, deux chercheurs, Chantal Rahalison Ramanankasina et Juvence Ramasy ont également apporté leurs analyses pointues. Nous vous livrons dans ce numéro, les résultats de cette étude.

La date du 19 janvier 2019 a marqué l’instauration d’un nouveau régime à Madagascar, suite à l’élection présidentielle. Ce nouveau régime atteint sa deuxième année le 19 janvier 2021. La FES Madagascar, par l’intermédiaire d’ATW, a donc œuvré pour une deuxième évaluation à travers l’opinion publique afin, d’une part, pouvoir mesurer l’implication de la population par rapport à la politique, à travers des indicateurs précis, mais aussi d’instaurer au sein de cette même population une culture de sondage pouvant constituer un outil de base à la prise de décision pour le régime politique en place.

Contexte et objectif de l’étude

En se basant sur les objectifs de l’Initiative de Madagascar, projet de société du régime en place, ce rapport essaiera de faire un état des lieux sur les réalisations en deux ans d’exercice du pouvoir. Sommes-nous en bonne voie ? Nous apporterons des éléments de réponse en utilisant un cadre séquentiel partiel d’analyse des politiques publiques, sur la base théorique de Pierre Muller (Muller, 2009), spécialiste dans le domaine. Selon ce professeur, chercheur et auteur, les politiques publiques se définissent dans le temps suivant cinq points. L’identification du problème : soit le moment ou un problème public trouve sa place dans l’agenda politique. Dans le contexte de cette étude, cette identification est supposée avoir été faite avant les élections présidentielles, et l’établissement du programme d’action du gouvernement actuellement en place, comme retranscrit dans la première partie du document présentant le programme. Le développement du programme : qui est la phase du traitement des problèmes identifiés et la formulation des politiques correspondantes. Dans le contexte de cette étude, le programme est l’Initiative pour l’émergence de Madagascar.

La mise en œuvre du programme : qui est la concrétisation et la réalisation des plans théoriques établis. Dans le contexte de cette étude, nous sommes donc actuellement à deux ans de mise en œuvre du programme.

L’évaluation du programme : qui, selon Pierre Muller, « est une phase préterminale de mise en perspective des résultats du programme. Elle comprend la spécification de critères de jugements, la mesure des données, leur analyse et la formulation de recommandations ». Cette étude est donc à ce stade de l’analyse, un point de situation entre ce qui a été prévu et ce qui a été fait. Pour ce faire, trois secteurs sont considérés : la démocratie, les conditions générales de vie socioéconomiques de la population et la situation de la Commune urbaine d’Antananarivo. Un détour sera également fait sur un point qui n’a pas été prévu : la crise sanitaire liée au coronavirus.

La terminaison du programme : qui est la phase de clôture de l’action publique.

Comme l’objectif de l’étude est de faire un état des lieux de la situation actuelle par rapport au début du régime, une analyse comparative sera effectuée. Nous prendrons les résultats de l’évaluation de 2019 pour situer les résultats de 2021.

Méthodologie d’enquête

La période de l’enquête s’est déroulée entre le 22 février et le 20 mars 20211. La méthode d’échantillonnage s’est appuyée sur une approche quantitative. Le type de sondage s’est basé sur des appels téléphoniques suivant un tirage aléatoire avec rotation par opérateur téléphonique.

En termes de taille d’échantillon, l’étude a été menée auprès de 2 515 personnes ayant accès au réseau téléphonique et réparties sur les six ex-provinces. 2 515 individus représentatifs de la population : la précision des résultats est égale à plus ou moins 2%.

Des résultats sont présentés selon les profils (âge, classification sociale, niveau d’éducation) quand ceux-ci sont statistiquement significatifs (test du khi2, en statistique, un test du khi2 est un test statistique où la statistique de test suit une loi du x sous l’hypothèse nulle, NDLR). Les croisements non significatifs ne sont pas présentés. Enfin, les pourcentages ont été arrondis au plus proche pour avoir un confort de lecture