Zo Rakotoseheno : le grand homme des médias

Zo Rakotoseheno : le grand homme des médias

Cela fait maintenant trois ans que le journaliste et sénateur Zo Rakotoseheno s’en est allé. Avec plus de 30 ans de carrière dans les médias et plus d’une vingtaine dans l’enseignement supérieur, il aura laissé une part de lui en chacune des personnes qui ont eu l’opportunité de faire un bout de chemin avec lui.

Pour ceux qui l’ont connu, Zo Rakotoseheno était une figure tutélaire de la presse malgache. Une image qu’il s’est forgée durant une trentaine d’années d’exercice du métier. Universitaire, économiste de renom, il a débuté sa carrière de journaliste au sein de Midi Madagasikara et a fait partie de l’équipe fondatrice du journal.

Calme légendaire

Zo Rakotoseheno a accompagné l’évolution du quotidien où il a gravi les échelons jusqu’à devenir son rédacteur en chef et son directeur de publication. Témoin privilégié de l’histoire des Deuxième, Troisième et Quatrième Républiques, il a pu en relater tous les faits marquants. Il a ainsi traité tous les sujets de la vie du pays avec simplicité, compétence, rigueur et perspicacité. Son ascension au sein du journal témoigne de sa qualité d’homme de presse ainsi que de sa capacité managériale.

Zo Rakotoseheno était, pour ses proches collaborateurs, ce chef abordable, sociable et toujours prêt à dialoguer. Ses collègues ont apprécié le calme légendaire dont il faisait preuve et ils se souviendront toujours de la fameuse phrase « ahoana hono ? », avec lequel il les accueillait. Ceux-ci à qui il a transmis le goût de la vie, de la justice et de la raison. « Pour moi, la Saint-Valentin, c’est tous les jours », aimait-il dire avec malice au couple fraîchement marié de son équipe. Une façon bien à lui de les encourager à profiter de chaque moment de la vie et d’en apprécier la beauté.

« Tout comme les gouvernants, la presse est dépositaire de la confiance du peuple. Pour être à la hauteur de cette confiance, trois maîtres-mots : professionnalisme, rigueur et honnêteté intellectuelle ». Tels étaient ses dires à Antsirabe, le 20 février 2018. Des propos qui résonnent encore jusqu’à maintenant et qui démontrent son attachement pour la rigueur dans le travail journalistique. Il a toujours mis un point d’honneur à respecter et à faire respecter ces principes par ceux qui travaillaient
avec lui.

Un sens du partage

Aujourd’hui, ceux qui l’ont connu égrènent les moments forts passés avec ce journaliste passionné. Éducateur et enseignant, il était « monsieur Zo » pour ses étudiants, chef Zo pour son équipe à Midi Madagasikara et tous louent son sens du partage. La jeune génération retiendra de lui son grand sens de l’écoute et son aisance à apprécier les gens à leur juste valeur. Il avait toujours été ouvert aux échanges et n’hésitait pas à reprendre ses jeunes interlocuteurs, tout en encourageant leurs efforts. Ses étudiants du département Économie de l’Université d’Antananarivo n’oublieront jamais cet homme qui incarnait la bienveillance et la gentillesse, ce professeur sur qui ils pouvaient compter et qui trouvait toujours des anecdotes pour faciliter la compréhension du monde des médias à des universitaires en fin de cursus.

Des étudiants, enfermés dans l’univers académique des universités publiques et pour qui les médias constituaient un monde peu accessible. Les enseignements de Zo Rakotoseheno, ses conseils et ses partages ont indéniablement contribué à l’ascension de plusieurs journalistes dans ce noble métier. De grandes plumes et des journalistes économiques actuel ont été couvés par lui. En 2016, il a été nommé sénateur de Madagascar par l’ancien Président Hery Rajaonarimampianina. Une façon pour ce dernier, qui est également un économiste, de le remercier pour toutes ces années au service de l’intérêt public et pour s’être dévoué à l’éducation, l’enseignement et la formation de ceux qui constituent le présent et l’avenir du pays. Cependant, même avec le statut d’homme politique, Zo Rakotoseheno n’a pas pu se détacher de la communication et des médias. Il a présidé la commission sociale, culturelle et communication au sein de la Chambre haute. Le dimanche 22 juillet 2018, Zo Rakotoseheno rejoint les firmaments à la suite d’un Accident vasculaire cérébral (AVC). Sa mémoire et sa plume resteront à jamais liées au journalisme.