Étiquette : <span>Société</span>

Home Société
Consolidation de la paix: la paix, un préalable au développement
Article

Consolidation de la paix: la paix, un préalable au développement

Madagascar n’a jamais connu de guerre. Cependant, depuis son accession à son indépendance, en 1960, le pays a été confronté à des crises cycliques. Elles ont systématiquement mené à l’éviction du pouvoir en place et ont conduit les Malgaches à vivre dans un environnement social, politique et économique considérablement dégradé.

Passivité, élite politique et dysfonctionnement sociétal:  le trio perdant pour le développement
Article

Passivité, élite politique et dysfonctionnement sociétal:  le trio perdant pour le développement

Lafragmentation sociale est aussi à l’origine des crises politiques qui remettent en cause les dynamiques qui se dessinent à certaines périodes, le paradoxe comme ils le qualifient. Elle se traduit, écrivent-ils, par une fracture entre les élites et la grande majorité de la population, doublée d’une atrophie des corps intermédiaires, ainsi que par l’incapacité des élites à fonder des organisations solides et des coalitions durables.

Prélude : État d’ivresse
Article

Prélude : État d’ivresse

L’État Providence se reconnaît par les services qu’il offre à ses citoyens, notamment dans le domaine social. Il est soucieux du bien-être général. Quant à l’État voyou, il ne respecte pas les lois internationales les plus élémentaires. Dans ce classement très officieux, Madagascar pourrait se glisser dans la catégorie de l’État d’ivresse. Des dirigeants enivrés de pouvoir officient à sa tête, avec des élus peu enclins à remplir leur fonction élémentaire.

Blog: pays cherche cours de culture générale
Article

Blog: pays cherche cours de culture générale

La pauvreté n’explique pas tout. D’autant plus que le financement des Organisations non gouvernementales (ONG) s’avère être un tonneau des Danaïdes. Tout le monde cherche un emploi au lieu d’en créer par manque de culture entrepreneuriale. On vote, non pas pour une idée, mais contre quelqu’un parce que c’est ce qui reste de notre culture démocratique.